Pour beaucoup, l'activité de saut à l'élastique reste un danger !
Qu'en est-t-il réellement sur le plan de la santé ?

Si l'on en crois le "Lanset" (revue médicale anglaise), repris par le "Figaro", sans vérifier les sources, il y a quelques années, le saut à l'élastique provoque des traumastismes de la macula (fond de l'oeil).
Petit inconvénient à cette affirmation, basée sur un seul cas constaté après un saut en angleterre, il n'y a pas eu d'étude de l'oeil en question avant le saut.

Par définition, cette affirmation péremptoire n'a aucune base scientifique, puisqu'aucune procédure sérieuse n'a été mise en place.
Si nous prenons cet exemple, c'est que, au cours des 20 dernières années, les rumeurs les plus fantaisistes ont courrue et nous savons ce qu'il en est des rumeurs, elles n'ont aucune base réelle et sérieuse.
Plus sérieusement, l'activité elle même a intéressé deux médecins qui l'ont utilisée comme thème de leurs thèses de Doctorat en France.
Ces études n'ont rien de fantaisistes, mais vont décevoir les détracteurs du saut à l'élastique.

Il en ressort une conclusion. Toute personne capable de monter trois marches sans s'essouffler est capable de faire un saut à l'élastique.

Quand aux handicapés: demandez à tous ceux qui au cours des années sont venus faire un ou plusieurs sauts avec de multiples équipes ce qu'ils en pensent. Être "comme tout le monde", et souvent mieux, comparativement à tous les "valides" qui, par manque de courage, n'approchent pas les aires de saut.

Les "Interdits"