L’histoire commence, comme toutes les histoires, il y a très, très longtemps (2000 ans dit-on).
Cela se passe à l’île Pentecôte aux Vanuatu.
La femme de Tamarie refuse de consommer le mariage et menace de se tuer.
Poursuivie par son mari, elle monte au sommet d’un banian, Tamarie monte aussi pour l’attraper.
Au moment ou il parvient au sommet, la femme se jette dans le vide, désespéré Tamarie la suis.
Mais la femme était rusée et avait attaché ses deux pieds avec une liane. Tamarie fut tué, mais elle se releva sans mal.
Par la suite les femmes perpétuèrent la légende en se jetant dans le vide, les pieds attachés par une liane du haut d’une tour en bois et en lianes.
Très vite, les hommes prétextèrent que le saut ainsi accompli par les femmes était indécent, les jupes en fibres découvrant leurs intimités lors du saut.
Depuis, ce sont les hommes qui effectuent le saut.
La tour de 35 métres environ comporte plusieurs plateformes à différentes hauteurs, correspondant à l’age ou au niveau social. Les plus basses sont utilisées par les jeunes garçons entrant dans l’age adulte. La plus haute est réservé au Chef.
A la fin du saut, les hommes touchent la terre très ameublie à cet endroit, amortissant la réception un peu rude.
Ce rituel a lieu tout les ans, en Avril Mai, à l’époque de la récolte de l’igname, dont Tamarie est devenu un peu le Dieu

C’est le saut du gol (ou saut du gaul)..
On peux donc dire que c'est l'ancètre du saut à l'élastique.

RETOUR David KIRKE AJ. HACKET